Oui ! Par pitié !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Oui ! Par pitié !

Message  J. L. B. le Dim 1 Juin - 15:44

Ma quatrième femme avait une peur noire des miroirs. A cette époque, comme j’avais du fric et qu’elle ne me trouvait pas encore assez chiant pour me faire remplacer, je l’ai envoyée chez le meilleur Psy des quartiers verts. Tout ce que ce gommeux à réussi à lui trouver c’est une tendance à la nymphomanie et que, peut-être, elle se sentait mal dans sa peau comme quoi ce serait ça qui lui ferait peur dans son reflet. Ecoutez, que j’lui ai dit, que ma femme aime la bite, je suis au courant, merci, ça va très bien, en quoi c’est un problème, connard ? Ça m’a coûté bonbon pour entendre ça quand j’y pense : nom de Dieu, un an de thérapie sans compter les dommages et intérêts à cause de la raclée que j’ai collé au binoclard et tout ça pour rien. Mais bon, moi je l’aimais cette gonzesse, quand elle m’a largué ça m’a fait comme un mauvais trip à l’héro pendant une gueule de bois plus un tabassage en règle. Enfin…
Je l’ai pas revu pendant dix ans après notre rupture, je pense. J’avais plus de nouvelles et tout et puis j’avais mes problèmes : les sœurs Marconi me pétaient les burnes avec toute la thune que je leur devais et les affaires marchaient mal. Mais bon, sûr que j’aurais mieux fait de me casser une patte plutôt que de me brancher sur le coup de la Pepsi-Co avec les Moghols. Quand je suis sorti de taule huit ans après, j’avais plus un radis en poche et la famille avait refilé mon business à un petit jeune qui me considérait comme une antiquité. Et voilà comment je me suis retrouvé chauffeur pour le type qui à récupéré mon turbin, et à moitié alcoolo. Enfin…
Je l’ai revu que le jour de l’enterrement. Elle était encore splendide dans sa boîte en plexi et moi, je repensais à tout les bons moments qu’on avait vécu ensemble et je te jure que même que j’étais triste quand même et pas qu’un peu, je me suis retrouvé avec le barreau en plein milieu du temple. Ouais, c’étais comme ça entre nous, j’ai jamais connu une femme comme elle, putain. C’est son veuf qui m’a fait le topo, comme quoi elle serait soi-disant tombé par la fenêtre mais lui il pensait qu’on l’avait poussé. Son chien était enfermé dans la salle de bain et elle aurait jamais fait ça à ce cabot : elle l’aimait trop, tellement qu’elle l’avait appelé comme moi. Elle l’entraînait parce qu’elle était entrain de devenir aveugle. Et c’est ça le truc – ce type plus malin que moi m’a enfin expliqué pourquoi elle avait tellement peur des miroirs : tout le monde se sent mal à l’aise devant un miroir de temps en temps. Et c’est pas parce que tu te sens mal dans ta peau, non, c’est parce que certains aimeraient bien la porter à ta place. Les reflets sont là, à te guetter, à attendre une erreur, coincés dans leur monde de merde à deux dimensions, sans baston, sans picole, sans baise – rien que des images de la vie des vrais gens. La plupart sont sous contrôle parce que les gens les regardent : tant que tu regarde ton reflet de temps en temps, pas moyen qu’il se fasse la belle – tu le vois le matin en te rasant, tu l’aperçois dans une flaque de boue dans le ghetto, tu l’entrevois dans les vitrines des magasins. La plupart du temps, ça suffit pour les tenir tranquilles. Mais le truc, c’est que chacun doit contrôler son propre reflet alors les aveugles, les aveugles bordel, eux ils peuvent pas les surveiller et alors c’est là que les problèmes commencent…

J. L. B.
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Diev Inc

Message  Faux pro le Dim 1 Juin - 15:48

Le vrai problème c'est le complot des aveugles.
Je vous conseille de lire Ernesto Sabato à ce sujet...


Drôles d'initiales au fait.

Faux pro
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum